Babel | Camille Sirieix

BABEL_h

Babel | Camille Sirieix | 354 pages | Auto-édité par Librinova

« Babel est une cité puits, cinq fois centenaire, qui s’est renfermée sur elle-même pour fuir la folie des hommes et de leurs guerres. Eulalie, fille et sœur de Magistrat, travaille à ses Archives depuis bientôt dix ans, et aspire à en devenir le Prévôt. Mais le jour où un accident de Marcheur plonge Babel dans le noir, l’équilibre établi commence à se fissurer. Sollicitée par un Enquêteur des bas-fonds pour retrouver l’identité de la victime, Eulalie découvre des entrées falsifiées dans ses registres. À la recherche d’un voleur de livre et d’un assassin, ils ne se doutent pas qu’ils vont précipiter Babel à sa perte… »

♦♦♦

Hello Stranger, huuuum… Eulalie, Babel, des archives, ça t’évoque quoi ? Et non, ce n’est pas un remake de La Passe-Miroir de Christelle Dabos, même si on en est pas loin ! Il y a effectivement plusieurs similitudes entre les deux romans, à commencer par le prénom d’Eulalie, également présente dans le roman de Christelle Dabos.

Ensuite le nom de la cité : Babel, alors pour ne pas mourir idiote, j’ai fait quelques recherches, et ce nom vient de l’histoire de la Tour de Babel, qui est un épisode biblique du Livre de la Genèse. Je te laisse faire tes propres recherches par toi même si ça t’intéresse, j’ai pu en apprendre un peu plus sur la Passe-Miroir également, et ça c’est cool.

A part ces similitudes, l’auteure à vraiment fait un boulot extraordinaire dans la construction de cette cité et de l’histoire autour d’elle et j’ai eu un beau coup de cœur pour ce roman auto-édité !

J’ai adoré l’histoire, l’ambiance et l’univers construit. La cité de Babel est impressionnante et il y a énormément d’éléments à assimiler sur son fonctionnement, sa structure et son système de paliers. D’ailleurs, il y a tellement d’informations à digérer que j’ai souvent du faire des pauses pour tout assimiler et ne pas me filer la migraine.

Cependant, même si les trois quarts du livre ont un rythme assez lent, l’histoire est addictive et donne envie de connaitre la suite. Une série de meurtres conduisent Eulalie à rencontrer Thybalt, un enquêteur en charge de trouver le meurtrier. Ensemble, ils nous conduisent dans les dédales de Babel et nous suivons avec eux leur enquête et leurs découvertes. Les événements s’accélèrent dans les derniers chapitres pour nous donner un retournement de situation que j’ai beaucoup apprécié et qui m’a surprise.

Au sujet des personnages, Eulalie présente quelques points commun avec l’Ophélie de Christelle Dabos. Son attitude réservée, son courage et sa détermination sont des éléments que j’ai aimé retrouver dans cette héroïne. Cependant, les autres personnages restent un peu en retrait et j’ai eu des difficultés à les cerner et à m’attacher à eux. L’auteure aurait pu approfondir un peu plus leurs personnalités.

En bref, ce livre reste une très très belle découverte que j’ai pris énormément de plaisir à lire et que je ne peux que conseiller ! J’ai aimé cette fin ouverte qui n’en dit pas trop mais juste ce qu’il faut pour mettre le point final.

challenge-de-limaginaire

 

3 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s