Yardam | Aurélie Wellenstein

 

20200729_092345.jpg

Yardam | Aurélie Wellenstein | 480 pages | Scrinéo

« À Yardam, la folie est sexuellement transmissible.

La population est piégée par la quarantaine dans l’espoir d’endiguer l’épidémie.

Porteur du virus, Kazan se débat avec ses démons au point qu’il ne sait plus s’il les aime ou s’il les hait.

Le salut viendra-t-il de ce couple de médecins étrangers venus s’enfermer volontairement dans la cité pour trouver un remède au terrible mal qui s’étend entre ses murs ?« 

♦♦♦

Hello Stranger, voilà un bout de temps que je n’avais pas lu un roman d’Aurélie Wellenstein. J’avais beaucoup aimé Le Roi des Fauves et Le Dieu Oiseau, alors je me suis lancée dans cette lecture sans trop d’appréhension.

L’auteure nous plonge encore une fois dans un univers sombre et à l’agonie. La ville de Yardam est mise en quarantaine après l’apparition d’un étrange virus. Kazan, le personnage principal, est infecté par ce virus. C’est un voleur d’esprit : il aspire l’âme des gens, les emprisonnant dans sa tête et ne laissant que leur enveloppe charnelle.

Deux nouveaux personnages s’associent rapidement à Kazan : Nadja et Felix, deux médecins étrangers s’enfermant volontairement dans la ville pour découvrir l’origine du virus et le soigner. S’enchaine un jeu de passe-passe de la part de Kazan, pour aider les médecins sans compromettre son secret.

Comme d’habitude dans les romans d’Aurélie Wellenstein, l’ambiance est sombre, dangereuse et la situation devient de plus en plus insoutenable au fur et à mesure de notre lecture. Les morts s’enchainent, et ça devient presque un jeu de deviner qui va survivre au massacre imaginé par l’auteure.

Les personnages sont à l’agonie et nous entrainent au fil des pages dans leur folie. C’est toujours une expérience originale que de lire ces romans. J’ai toujours tendance à chercher au-delà de la simple histoire, si l’auteure à voulu nous transmettre un message au travers de ces personnages torturés.

Une fois encore donc, une très bonne lecture qui sort de l’ordinaire et des romans young adult que j’ai l’habitude de lire. Je l’ai toutefois trouvé un peu moins sanglant et intense que les autres romans que j’ai pu lire de cette auteure.

 

challenge-de-limaginaire

 

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Maeva Rbt dit :

    Il me le faut 🥰

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s